Association de défense du logement - Vitry-sur-Seine (94)

Communiqué de presse 2017-13 (31 juillet 2017)

Baisse des APL : 1ère mesure anti-pauvres du quinquennat Macron !

Au cœur des rumeurs depuis déjà quelques semaines, et notamment depuis l’audit de la Cour des Comptes sur les finances publiques, la baisse uniforme des APL a été annoncée par le gouvernement. Le début d’une série de mesures anti-pauvres ?

Le ministère de la Cohésion des territoires a annoncé ce week-end que les aides personnelles au logement (APL) baisseront de 5 euros par mois à partir du 1er octobre. Lâchement présenté comme la mise en application d’une « réforme d’économie budgétaire décidée sous le quinquennat précédent et pas encore appliquée », le gouvernement a ainsi tenté de se dégager de ses responsabilités.

Egalement justifiée comme une nécessité pour la réalisation d’économies budgétaires, cette mesure anti-pauvres marque surtout la 1ère attaque franche du nouveau gouvernement envers les classes sociales les plus modestes.

Le gouvernement semble plus à l’aise avec l’idée de pénaliser près de 6,5 millions de ménages français en baissant l’APL qu’avec celle de froisser quelques 3 400 ultras riches en augmentant l’ISF.

Rappelons que l’APL profite aujourd’hui à 6,5 millions de foyers dont 800 000 étudiants. Et pour la catégorie étudiante, une baisse, même de 5 euros par mois, n’est jamais sans conséquence. N’oublions pas non plus qu’un allocataire sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté.

A travers cette mesure, le gouvernement affiche clairement son intention de faire payer aux classes populaires ses ambitions d’économies budgétaires, poussant ces dernières encore un peu plus dans la précarité avec un énième coup de rabot sur les APL.

Faire payer les pauvres et ne surtout pas contrarier les plus riches, le gouvernement Macron n’a décidément rien de novateur !

 

Signez la pétition

https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-baisse-des-apl-non-aux-mesures-anti-pauvres-du-gouvernement-macron

Contact presse CNL 94 : - Tél. 01 43 91 11 11 – cnl.94@wanadoo.fr – #cnlvaldemarne

Arrêtons les expulsions !

Malgré l’allongement de la trêve hivernale au 31 mars, cette année risque d’être encore dramatique. Davantage d’habitants sont menacés, alors que les loyers et les charges ont atteint partout des niveaux historiques et que les aides au logement ne sont pas suffisamment revalorisées. L’offre de logements à loyer abordable est nettement insuffisante. Des formes d’habitats précaires se développent, les marchands de sommeil s’enrichissent.

Dans ce contexte, l’expulsion n’est pas une solution mais un facteur aggravant de la crise.

En 2015, près de 730 expulsions ont été effectives procédure indigne et inefficace.

Indigne, car on ne peut résoudre des situations sociales souvent causées par des pertes d’emplois, des accidents de la vie, etc.

Inefficace, car cela revient plus cher à la collectivité de loger une famille expulsée en hôtel que de la maintenir dans le logement.

Des alternatives à l’expulsion existent, il est du devoir d’une République unie et solidaire de les mettre en œuvre. La Fédération CNL du Val-de-Marne propose la mise en place d’une Sécurité Sociale du Logement qui permettrait de résoudre dignement ce fléau.

La Fédération CNL du Val-de-Marne encourage et soutient toute initiative publique contre les expulsions :

  • La Fédération CNL du Valde-Marne a envoyé un modèle d’arrêté anti-expulsion à tous les maires du Val-de-Marne.
  • La Fédération CNL du Valde-Marne et l’Union Locale CNL de Villejuif organise un rassemblement :

 

  •  vendredi 24 Mars 2017 à 18H00 devant la mairie de Villejuif.